Bienvenue, curieux voyageur

Avant que vous ne commenciez à rentrer dans les arcanes de mes neurones et sauf si vous êtes blindés de verre sécurit, je pense qu'il serait souhaitable de faire un petit détour préalable par le traité établissant la constitution de ce Blog. Pour ce faire, veuillez cliquer là, oui là!

8 déc. 2007

284.Suis-je Normal, doc?

J’ai découvert il y a peu de temps sur le Café Philo qu’on me considérait normal. Du moins qu’on remettait en cause mon a-normalité. Qu’est-ce que la normalité m’a-t-on demandé?
Bon, ben disons qu’en ce qui me concerne, j’avoue que je suis normal dans mon expérience concernant l’absence des doux bras de ma louve et de la trogne de mes marmots quand je suis en mer par exemple. En fait, c’est peut-être un des seuls cas où l’on peut me considérer normal au sens propre du terme en ce moment.

C’est en quelque sorte une sensation de soulagement qui me remplit quand je réalise que j’ai finalement et par inadvertance obtenu une certaine normalité au sein de toute cette merde et de cette folie qui m’entoure et affecte ma vie de tous les jours.

Comment sais-je que je suis normal? C’est le côté éclairé de ma cervelle qui me le dit. Il lit ce Blog de temps en temps et me dit souvent que j’écris souvent à peu près le même genre de trucs qu’il ressent aussi. Pour lui, tout cela est très étrange et presque synergétique. Mais pour moi, c’est la validation de ce que je ne fais qu’expérimenter une progression cliniquement reconnue dans le cycle de l’abattement. Bien sûr, savoir ceci ne rend pas le voyage plus confortable sur mon rafiot quand y a de la houle.

Mais je m’interroge. Comment pourrait-il être ‘normal’ de souffrir d’un détachement émotionnel extrême, d’exhaustion mentale, d’anémie physique presque débilitante, de culpabilité indéniable, de peurs irréelles et incertaines, d’un sens d’abandon et de trahison, d’inaptitude à me concentrer, de colères mal dirigées, de perceptions altérées mais surtout, de la conscience accablante de ma propre mortalité ?

Mais peut-être que c’est pas la bonne question.

Un état normal signifie-t’il ‘être normal’? Je crois pas. Ça signifie seulement que c’est un état que la plupart des gens traverse dans cette situation et que l’expérience elle-même est l’état normal dans lequel je voudrais pas être en ce moment même. Pour une fois, j’aimerais bien ne pas être considéré normal. J’aimerais bien que quelqu’un me dise que rien de tout cela n’est normal et je serais délivré de cet état comme par magie. Peut-être que je devrais aller voir un marabout hypnotiseur congolais lors de mon prochain voyage. Ou un psy qui effacera ma conscience afin que je puisse repartir sur l’autre pied demain matin comme si rien ne s’était passé.
Mais ca n’arrivera pas.
Aussi bien que mon vieux a dû vivre ses épreuves jusqu'à sa fin inévitable, le côté sinistre de ma cervelle et moi devons jouer notre part et souffrir avec compassion avec ceux qui le suivront. Ainsi, balance et normalité maintiennent l’univers en équilibre, et l’une des choses qui nous démarquent des animaux est révélée. Je me trompe ?
Alors voila ce que c’est d’être normal ? Pas étonnant que j’ai passé le plus clair de ma vie à tenter d’échapper à cette normalité. Être normal me fout totalement les boules.

2 commentaires:

Noémie a dit…

J'ai bien peur que ta question soit un peu trop d'ordre général. Recherches tu des tuyaux sur ce que la société considère normal, au travers desquels tu peux guider/décocher tes propres reflexions sur le sujet, ou recherches tu plutôt un fond commun parmi les gens et les sociétés pour te décider?
Voici trois réponses que je peux te présenter:
Ma société valorise et considère normal de rechercher la richesse financière plutôt que le bonheur.
Je pense qu'il est absurde que le consensus général abonde dans ce sens, même si je connais que trés peu de gens heureux vivant ce rêve occidental.
Ceux qui recherche le bonheur au travers de leur travail ou à la poursuite de leurs passions sont souvent condamnés ou ridiculisés.
Il n'est plus à la mode de se montrer religieux. Spirituel si.
Je suis tombé dans ce piège, donc je sais ça par expérience.
Pendant des années, j'ai refusé de réellement croire en quelque chose par peur d'offenser quelqu'un d'une autre croyance.
L'humour scato est toujours considéré marrant à l'heure où je te parle.
Pose tes questions dans le commentaire suivant si tu en as. J'ai mal dormi alors ce que je viens te dire n'aura peut-être pas beaucoup de sens quand tu me liras.
Peace and Love

magueule77@aol.com a dit…

Quand ça tangue, il y a du tangage, et quand il ya du roulis, on vomit, rien de plus normal! :))