Bienvenue, curieux voyageur

Avant que vous ne commenciez à rentrer dans les arcanes de mes neurones et sauf si vous êtes blindés de verre sécurit, je pense qu'il serait souhaitable de faire un petit détour préalable par le traité établissant la constitution de ce Blog. Pour ce faire, veuillez cliquer là, oui là!

31 août 2007

265.Ils ne fabriquent plus le bon vieux temps comme d’antan

Oyez, oyez, gentes dames et pucelles, et vous aussi, sales gentils gueux et damoiseaux, c'est vrai. Et je me languis pour une vie de simplicité. La vie à notre époque qu’on dit moderne peut s’avérer frustrante. Et effrayante même, avec le réchauffement planétaire, les taux de cholestérol et les rediffusions des Feux de l’amour en HD.
Je me languis pour une existence plus paisible, exempte des complications du système de vie du 21ème siècle. Je me sens même prêt à ré-adopter certaines de nos vieilles traditions enfouies dans nos mémoires. Recapturer les vents d’Halcyon du temps jadis. Et je me moque pas de vous là…
Et pour commencer, j’aimeroyes bien qu’on puisse réutiliser les patronymes pour décrire les occupations de chacun. Quand je rencontrerais un Sabatier, je saurais que je pourrai lui confier mes tongs à re-semeler sans le voir sourciller des sourcils en les relevant effrontrément. Si je croisais un Boulanger, je pourrais lui demander un pain aux raisins sans qu’il s’en offusqasse. Brasseur me servirait de la bière, Lecouvreur serait le bienvenu pour remplacer céant les ardoises tombées de mon toit à la dernière bourrasque, Letanneur arrêterait de me tanner le fion et me fabriquerait un tipi. Ah, j'allais oublier, Patator serait le tireur de coups francs officiel des Bleus de France et Lecornu me laisserait monter sa gente femme dès qu'il aurait le dos tourné. Tout ça serait très cool, vous trouvez pas ?
Et pendant qu’on y est, pourquoi qu’on ne reviendrait pas à la locomotion à cheval ? Le sans plomb 95 coûte la peau du derche, la pollution est à couper à la serpe puis j’en ai ras le cul d’embrayer-débrayer à plus savoir qu’en faire dans les ralentissements et les mises en bouteille. On ferait mieux de revenir à la méthode naturelle, sur le dos de quadripèdes poilus, domestiques et sentant bon le crottin. On pourrait cavaler à douze, ou même à quinze, de front sur une autoroute, trotter en sifflotant en descendant la rue Bichon pour se rendre au bureau de poste. Bon d’accord, on aurait besoin d’écuries et d’étables (pour les chars à bœufs de Norbert Dentressangle), de pains de sel et de meules de foin sur les aires d’autoroutes et les hypermarchés Leclerc. Et la qualité quantité de cacas d’animaux dans les rues augmenterait sensiblement – mais avouez que ce serait un petit prix à payer pour nous débarasser enfin de nos monstres d’acier, de résine et de caoutchouc qu'on vole aux vietnamiens. Et pensez à toute la glue et tous les big macs qu’on pourrait fabriquer avec les restants de nos montures.

Et ce n’est pas tout, partez pas déjà! Je pense aussi qu’on devrait aussi se mettre à régler nos comptes à la bonne vieille manière du temps de Rocambole. Au pistolet à mèche. En duels. Si c’était bon pour les contemporains des trois premières républiques, ça doit être bon pour la présente, non ? Foin des Glocks, des Uzi et des Brownings – ces gadgets vous aideront pas beaucoup de toutes manières, une fois que vous serez à essayer de pas tomber du dos de votre canasson. Z’imaginez une fusillade à cheval entre les mecs de Medellin et une bande de narcoflics ? Moi non plus. On abaisserait le niveau de la criminalité de quelques atmosphères si les candidats aux échanges de concentré de galène désulfuré – plomb ou Hg pour les incultes – étaient forcés de faire leurs sales besognes avec des pistolets à pierre à briquets. Ces trucs avaient plus de chance de vous exploser entre les pognes que d’éliminer votre adversaire de toutes manières. Même moi, j’y regarderais à deux fois avant de proposer de nous écarter de dix pas au mec qu’aurait mater d’un peu trop près dans le décolleté à Marylou même si elle a de beaux nichons. Même si elle me traîte souvent de cornichon, soit dit en passant.

Je ferais aussi disparaître l’Internet – si y’a un truc pour décrire la ‘technologie moderne’, c’est bien l’Internet. Alors faudra qu’on apprenne à chercher notre porno ailleurs. Je supprimerais même le Minitel. Aux chiottes aussi nos communications – les e.mails par la fenêtre. On pourrait redévelopper la Pony Express du vieux Farwest, s’envoyer des parchemins, ou même, on peut rêver, s’envoyer des bons vieux signaux de fumée comme les compatriotes à mon amour de Cerise Blackhawk. Bien sûr, y en aura toujours qui s’amuseront à trouver rigolo d'envoyer des Spams, ça risque d’obscurcir un peu le ciel, un peu comme dans le Péloponèse en ce moment, à essayer de nous revendre leurs huiles de serpent ou leur mélange beurrés pour développer vos pénis - le mien, ça va, l'en a pas besoin, vous avez bien noté les filles? Et vous pensiez que les Pop-Ups étaient graves ? Au moins on risquait pas le cancer du poumon ou la suffocation avec cette merde.

Finalement, faudrait qu’on recommence à causer comme nos aïeux. Tout les nouveaux jargons huppés, philos comme celui de Jelta, des ghettos ou techniques : du balais ! Remplaçons tout cela avec le langage des ménestrels et autres troubadours. Bien sûr, plus personne n’y entrave queutchi dans ce vieil idiome de nos jours, mais est-il véridiquement si différent du parler technocratique nous gonflant de mots tels ‘emoticon’ ou ‘spyware’ ? Si nous voulons redevenir intelligibles, au moins pouvons nous tenter de le faire en rabelaisien. C’est mon point de vue.

Certaines de ces mesures nous faciliteraient elles la vie ? Peut-être. Peut-être qu’on devrait demander ça aux romanichelles. Pas ceux qui roulent en Mercédès, non, les autres, ou aux Amish là bas, en Amérique, avant de faire quoi que ce soit. C’est vrai qu’ils ont l’air heureux, mine de rien, à vivre dans des granges, à rouler en charrette, sans boire ni fumer ni b…. houlà ! Si on doit vraiment être sérieux en allant rétro, je suppose qu’on devra aussi se mettre à observer tous les vieux préceptes religieux de nos ancêtres aussi. Merde, j’avais pas pensé à ça. Je refuse de me lever avant midi le Dimanche alors c’est mal barré. Bon, ben tant pis alors. Peut-être que la vie moderne n’est pas si horrible que ça, tous comptes faits.

Hem ...assurément.

3 commentaires:

Jan27 a dit…

Ce post est pas mal, mais perso je préfère celui de ta cerise blackhawk, lol. Il me laisse reveur, non de dieu....

magueule77 a dit…

Melting,merite de l' Academie;dommage qu'il est omis la torture en place de greve !! :)

Le Nikeur Fou a dit…

Bien dit magueule, et pi on pourrait aussi remettre le piloris au gout du jour, pour les pecheresses, et on pourrait les niquer trankilos...